dionaea muscipula

Dionaea Muscipula

Pour mon premier article je ne pouvais pas faire autrement que de parler de la plus connue des plantes carnivores, le Dionaea muscipula.

En effet, nous en voyons régulièrement dans des films, des séries, des jeux, des livres, des reportages… Pour ma part, c’était dans les années 80, un jeu vidéo mettant en scène un célèbre plombier moustachu. J’avais une dizaine d’années, j’étais loin de penser que cela existait vraiment et que j’allais me passionner pour ces plantes.

Dionaea Muscipula

Un peu d’histoire

Les premières interrogations sur ces plantes n’apparaissent pas avant le 18ᵉ siècle. Le premier qui attise la curiosité des scientifiques est Arthur Dobbs en 1763. Il est le gouverneur de la Caroline du Nord (aux États-Unis) et il l’appelle « attrape-mouches sensible ».

En 1768, le botaniste John Ellis reçoit des spécimens vivants et observe la carnivorité de ces plantes et donne la dénomination officielle de l’espèce, « Dionaea attrape-mouches ».

Par la suite John Ellis envoie un spécimen desséché et une description détaillée de la plante au naturaliste Carl von Linné.

Néanmoins, Carl von Linné refuse de croire cette hypothèse et préfère qualifier ce phénomène en « miraculum Naturae » (extraordinaire et accidentel) et le nomme « Venus flytrap ».

En fin de compte c’est en 1865 que Charles Darwin démontre la carnivorité de certaines plantes dans son ouvrage « Les plantes insectivores ».

Présentation Dionaea muscipula

Le seul du genre Dionaea, il est originaire de Caroline du Nord et du Sud aux États-Unis. On le trouve dans des sols humides et acides (tourbe, sable, mousse, …). Il est généralement dans des zones très rarement inondables, mais reçoit des précipitations tout au long de l’année.

Le dionaea muscipula fait partie des petites plantes vivaces, il mesure de 10 à 20 cm de diamètre. Ses feuilles sont disposées en rosette et mesurent jusqu’à 15 cm. A l’extrémité de chaque feuille, on trouve un limbe (piège), qui rappelle le piège à loup par sa forme.

dionaea muscipula

La plante qui sait compter

Les insectes sont attirés par le Dionaea muscipula, car sur le rebord de chaque piège il y a des glandes qui sécrètent un nectar. On y trouve également des poils sensibles, en général 6 par piège. L’insecte qui s’y aventure va toucher un des poils qui ne déclenchera pas tout de suite le piège, car c’est lors de la deuxième stimulation que celui-ci va se refermer. Attention, il ne faut pas que les 2 actions dépassent un délai d’une vingtaine de secondes ou le compteur repart de zéro.

La fermeture d’un piège se passe en 2 étapes, la première est un mouvement rapide suite aux 2 stimulations des poils sensibles. Le temps de fermeture peut varier de 1/30 à 1 seconde. Ce qui donne l’impression que le piège se transforme en une cage (voir photo de droite). Si on regarde de plus près, on remarque de petite ouverture entre les poils extérieurs du piège. Elles permettent aux petits insectes, qui ne seraient pas assez gros pour nourrir la plante, de s’échapper et ainsi, économiser une étape de fermeture et du temps.

dionaea muscipulaLa deuxième étape de fermeture, commence après une succession de stimulation des poils sensibles par l’insecte piégé. On l’appelle « la plante qui sait compter », car il lui faut de 3 à 5 stimulations pour commencer la fermeture totale du piège. Cette étape est plus longue que la première, elle se déroule en quelques heures et a pour but de fermer le piège hermétiquement. Les deux lobes de la feuille vont s’aplatir l’un contre l’autre, puis une sécrétion de mucilage sur leur pourtour va sceller le piège. Sur la photo de gauche, on peut voir nettement les cils se redresser sous l’effet de la pression exercé par les parois.

Une fois scellé , le piège va se remplir de liquide digestif. La digestion peut durer jusqu’à 3 semaines, en effet le piège se ré-ouvre seulement si la proie est complétement digérée et seul l’exosquelette reste lors de l’ouverture de celui-ci.

Ce phénomène n’est possible que 3 fois en moyenne par piège suite à cela la feuille séchera et laissera la place aux nouvelles. C’est pour cela qu’il ne faut jamais leur donner à manger ou jouer avec un Dionaea en fermant ces pièges pour rien.

Les cultivars

Un cultivar est une plante qui est sélectionnée pour sa caractéristique particulière (forme, taille, couleur, apparence, … ) et la seule façon de les reproduire est le clonage (bouturage, marcotage).

Le Dionaea muscipula est collectionné sous toutes ses formes pour certains collectionneurs. Il en existe plusieurs centaines différentes, voici quelques exemples :

Dionaea muscipula Bohemian Garnet

Dionaea muscipula ‘Bohemian Garnet’

Dionaea muscipula Microdent

Dionaea muscipula ‘Microdent’

Dionaea muscipula Sawtooth

Dionaea muscipula ‘Sawtooth’

Dionaea muscipula ‘Tiger Fangs’

Dionaea muscipula Whale

Dionaea muscipula ‘Whale’

Dionaea muscipula wacky traps

Dionaea muscipula ‘wacky traps’

Comme beaucoup, j’ai toujours trouvé le Dionaea muscipula fascinant. J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous souhaite une bonne fin de journée.

A bientôt. Mylène

12 Commentaires sur “Dionaea Muscipula

  1. Valérie says:

    Bonjour Mylène, j ai une question, :-Dans la nature comment se reproduisent elles si la seule façon de les reproduire est le clonage ?
    C’est peut être une question conne mais m enfou !

  2. Mylene Julien says:

    Bonjour, Il y a plusieurs raisons pour que votre plante ne fasse plus de piège :
    Si il n’y a pas du tout de feuilles ni de nouvelle pousse qui arrivent, cela est plutôt mauvais signe.
    Si elle fait quand même des feuilles mais qui n’ont pas de pièges, c’est qu’elle manque de lumière. Il lui faut du plein soleil et plutôt en extérieur qu’en intérieur.
    Si vous l’avez acheté en jardinerie ou grande distribution, il faut absolument changer le substrat, cela peut venir de là aussi.
    Pouvez vous me donner plus d’information sur votre plante et ses conditions de culture ?
    Cordialement
    Mylène

  3. Mylene Julien says:

    Bonjour Romain,

    Pour votre plante tout n’est pas totalement perdu, essayez de la mettre dehors elle peut repartir des racines avec un peu de chance.
    Bonne journée
    Mylène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *